University of Southern Denmark
French -> Non-automatic parse  Visual Interactive Syntax Learning  
Syddansk Universitet
 
French VISLSentence AnalysisEdutainmentCorpora

Printer-friendly version

 

Pre-analyzed French sentences

Browse the sentences (click on overview or on one of the icons below):
FS1- FRA1- FRA** **

Enter search string:

Search-typeMatch-type
Text search Find single sentence
Pattern search Find all matching sentences
Visualization: Notational convention: GYM-settings

In the box above, you can type in either a whole sentence from the pre-analyzed set, or a unique string from the sentence, or the relevant identifying code found at the left of each sentence. Alternatively, you can click on the icon to the left of each sentence, if there is one.

Det franske sætningskorpus består af syv grupper:

 

 

Gruppe 1 er konstruerede sætninger - med fokus på syntagmers opbygning

Gruppe 2 er konstruerede sætninger - med fokus på ledfunktioners materiale

Gruppe 3 er autentiske sætninger - primært uden kontekst

Gruppe 4 er autentiske sætninger - med fokus på analyse af ledsætninger

Gruppe 5 er sammenhængende tekst: Præsident Chiracs nytårstale 31. december 1997

Gruppe 6 er sætninger fra Kompendium til indledende grammatik - Anne Jensens E98

Gruppe 7 er sætninger, der anvendes til sætningsanalyse ved Handels- og Ingeniørhøjskolen i Herning

Du kan komme frem til hver gruppe ved at klikke på ovenstående blå referencer (links).

Herefter kopierer (æbletast + c) du den valgte sætning (eller en del af den) og klikker på back/précédente/tilbage i menuen foroven. På denne side indsætter du sætningen i den hvide boks.
Klik i boksen én gang og indsæt (æbletast + v) den valgte sætning.


 

 

Sætninger - Gruppe 1

Substantivsyntagmer

  • Il achète de la viande.
  • Lui, il ne lui donne pas de belles fleurs.
  • Elle a fait des voyages en France plusieurs fois.
  • Je connais la femme dont tu parles.
  • Je connais une belle ville française.
  • J'ai essayé cette robe cent fois.
  • Tu pourras emprunter la voiture de mon ami.
  • J'ai acheté des vêtements bon marché.
  • Il est marié avec une femme très bien.
  • Le tableau que tu regardes est mon dernier.
  • La pensée qu'elle ne m'aime plus, m'obsède.
  • Le judo est une discipline de combat, qui tient du sportif et du spirituel.
  • J'ai peur que Luc soit gravement malade.
  • On était en janvier et dehors, dans la cour triste de ciment gris du grand lycée, le givre avait blanchi branches des arbres nus.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

    Propriumsyntagmer

  • La reine Victoria mourut en 1901.
  • L'opposition n'apprécie pas le président Chirac.
  • Les Mitterrand habitaient rue Guynemer.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

    Adjektivsyntagmer

  • La femme est très belle.
  • Après l'accident, le garçon était grièvement blessé.
  • J'ai acheté un vin bien cher.
  • Je suis fière (de ce) que j'aie réussi tous mes examens.
  • Il a rendu sa femme heureuse.
  • Je lis l'article pour la centième fois.
  • Pierrette est plus intelligente que son frère.
  • Luc est le plus intelligent de cette classe.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

    Adverbiumsyntagmer

  • Pierre conduit très bien.
  • Tu parles trop bas.
  • Pierre l'affirme indépendamment du fait que tout le monde le contredit.
  • Pierre roule lentement.
  • Marie conduit mieux que son frère.
  • Pierre conduit plus prudemment que sa tante.
  • Luc réagit le plus intelligemment.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

    Artikelsyntagmer

  • C'est dans leur propre intérêt.
  • Un quelconque facteur a joué un rôle important.
  • Ces quelques francs ne suffisent pas.
  • Le même livre se vend moins cher.
  • L'autre famille est connue dans un cercle très étroit.
  • Un homme entra par la porte.
  • La vache est un ruminant.
  • Nous avons acheté du vin, des légumes, de la viande et de l'huile d'olive pour faire la cuisine.
  • C'est justement cet argument qui m'a persuadé(e).
  • Oui, je connais cette fille.
  • Chaque matin, tous les petits écoliers prennent le chemin des écoliers.
  • Sa mère est une très belle femme.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

    Pronomensyntagmer

  • Tu me le donnes.
  • Je la connais.
  • Il la laisse l'acheter.
  • Celle que je connais le mieux, c'est ma femme.
  • Il est sain de travailler.
  • Prenez ce train. C'est plus rapide.
  • Cela m'est égal.
  • L'homme qui travaille habite à côté.
  • La fille dont Pierre se souvient était allemande.
  • Je m'en sers.
  • J'y renonce.
  • Qui habite à Paris ?
  • A laquelle penses-tu ?
  • Qui est-ce que tu connais ?
  • A quoi tu penses ?
  • Qu'est-ce qui te prend ?
  • Nul n'est prophète dans son pays.
  • Ta maison et la mienne sont construites de la même façon.
  • Ton article est intéressant. Mais le mien est plus original.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

    Præpositionssyntagmer

  • Ils étaient contre une signature du traité.
  • Pierre vit à Nice.
  • Pierre donne une fleur à Sophie.
  • A donner la parole au peuple, celui-ci risque de la prendre.
  • Elle avait pensé à prendre des cours de français.
  • Pierre vend des machines à coudre.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

    Gerundiumsyntagmer (variant af præpositionssyntagmer)

  • Il l'arrête en posant sa main sur son épaule.
  • En relisant tes notes, tu améliores tes chances au concours.
  • L'appétit vient en mangeant, la soif s'en va en buvant.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

    Absolut konstruktion

  • Le bébé réveillé, il n'avait plus moyen de dormir.
  • Le chat parti, les souris dansent.
  • Pierre ayant perdu au jeu, sa femme piqua une grosse colère.
  • Marie voit un jeune homme torse nu.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

    Ledsætningssyntagmer

  • Elle insiste sur le fait qu'elle est venue.
  • Je pense que ma copine est amoureuse de Pierre.
  • La photo que tu regardes est prise par un photographe célèbre.
  • Sans qu'elle s'en aperçoive, Marie est tombée amoureuse.
  • Je sentais que nous nous taisions parce que nous ne nous trouvions plus rien à nous dire.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

    Koordinationssyntagmer

  • Marie et Pierre habitent dans la même ville.
  • Le garçon sortit de la maison, prit son vélo et partit.
  • Les jours se suivent et ne se ressemblent pas.
  • Il a acheté un cadeau pour toi et pour moi.
  • J'espère que ma mère sera bientôt en bonne santé et qu'elle vivra encore longtemps.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

    Verbumsyntagmer I

  • Pierre achète une jupe à Sophie.
  • Pierre achetait une jupe à Sophie.
  • Pierre achètera une jupe à Sophie.
  • Pierre achèterait une jupe à Sophie.
  • Pierre acheta une jupe à Sophie.
  • Sortez !
  • Pierre a sorti son pull.
  • Pierre avait sorti son pull.
  • Pierre aura sorti son pull.
  • Pierre aurait sorti son pull.
  • Pierre eut sorti son pull.
  • Luc est né en 1992.
  • Marie est arrivée.
  • Pierre doit sortir son pull.
  • Pierre peut sortir son pull.
  • Pierre veut sortir son pull.
  • Pierre ose sortir son pull.
  • Pierre sait sortir son pull.
  • Pierre a dû sortir son pull.
  • Pierre a pu sortir son pull.
  • Pierre a voulu sortir son pull.
  • Pierre a osé sortir son pull.
  • Pierre a su sortir son pull.
  • Jean est battu.
  • Jean était battu.
  • Jean sera battu.
  • Jean serait battu.
  • Jean fut battu.
  • Jean a été battu.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

    Verbumsyntagmer II

  • Jean se voit licencié.
  • Jean se voit licencier.
  • Jean se faisait battre.
  • Jean se verra offrir un cadeau.
  • Jean s'est fait battre.
  • Jean s'était vu offrir un cadeau.
  • Luc fit construire une maison.
  • Marie fait laver la jupe.
  • Jean entend chanter les oiseaux.
  • Pierre voit venir le danger.
  • Luc va arriver.
  • Luc allait arriver.
  • Marie vient de quitter le pays.
  • Marie venait de quitter le pays.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

    Infinitivsyntagmer I

  • Prendre deux œufs. Les faire frire.
  • Ne pas se pencher au dehors !
  • Et Mitterrand d'enchaîner : Alors je suis candidat.
  • Eteindre les lampes. Gagner le corridor. Fermer la petite porte.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

    Infinitivsyntagmer II

  • Ce sont les devoirs pour demain.
  • Il fut triste, mais il gardait de bons souvenirs.
  • Le bébé a fait un grand sourire.
  • Il y a loin du dire au faire.
  • Quand on exerce le pouvoir, il est préférable d'avoir des vues impartiales.
  • Pierre souhaite se ressourcer.
  • Louise apprend à lire le français.
  • Je croyais avoir du pain pour deux ans.
  • Pierre affirme avoir été à Paris.
  • Pierre lui fait écrire une lettre de démission.
  • Pierre, va te coucher.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

    Infinitivsyntagmer III

  • Pierre fait exploser la bombe.
  • Le paysan fait manger les veaux.
  • Pierre fait découvrir le bonheur à sa femme.
  • Pierre se souvient d'avoir sorti son pull.
  • Pierre se souvient d'être né en 1992.
  • Pierre se souvient d'être parvenu au but.
  • Pierre se souvient d'être battu par l'ennemi.
  • Pierre se souvient avoir sorti son pull.
  • Pierre se souvient être né en 1992.
  • Pierre se souvient être parvenu au but.
  • Pierre se souvient être battu par l'ennemi.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

    Præsens participium syntagmer

  • Bien que perdant toujours au jeu, Pierre garde sa bonne humeur.
  • Ce sont des moteurs bien tournants.
  • Une gerbe a été déposée par la patrie reconnaissante.
  • Les montagnes environnantes s'élèvent à 2000 m.
  • Pierre trouve la fille très attrayante.
  • Ce sont des moteurs tournant bien.
  • Les montagnes environnant la ville s'élèvent à 2000 m.
  • Je rédige un arrêt les condamnant à la détention perpétuelle.
  • L'électricien a coupé le courant.
  • Dans la ville, il y avait un petit commerçant.
  • Les colorants non-toxiques sont plus chers.
  • J'ai perdu ma montre. L'étonnant, c'est qu'elle marche encore.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

    Perfektum participium syntagmer

  • Bien que sorti premier de sa promotion, Pierre reste chômeur.
  • Quand Pierre est rentré de son voyage, il nous a dit qu'il avait vécu une aventure extraordinaire.
  • Marie est partie hier soir.
  • Le tableau de Picasso a été vendu 5 millions de FF.
  • Tout ce vin bu lui saignait le cœur.
  • Le chat parti, les souris dansent.
  • Pierre avait des muscles très tendus.
  • Pierre rentre et trouve sa femme morte.
  • La femme décédée sera inhumée mercredi.
  • Le projet eut un délai de deux ans accordé par le Premier ministre.
  • Elles semblent charmées par cette idée.
  • Ne laissez pas votre table encombrée de papiers inutiles.
  • Les morts de faim sont plus loin.
  • Elle continuait ses petites allées et venues.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

 

Sætninger - Gruppe 2

Subjekters materiale

  • Pierre achète un livre.
  • Pierre a acheté un livre.
  • Pierre est né le 1er janvier.
  • Le livre a été acheté par Pierre.
  • Pierre veut acheter un livre.
  • Pierre voit Suzanne acheter un livre.
  • Pierre fait acheter un livre par Suzanne.
  • Le garçon habite à Odense.
  • Je vais en Belgique.
  • Apprendre à parler français m'intéresse.
  • Qu'il soit venu me voir hier soir, m'a beaucoup surpris.
  • Qui ne dit mot consent.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

    Formelle subjekters materiale

  • Il est trois heures du matin.
  • Il s'est produit deux accidents de voiture.
  • Ce n'est pas sûr que j'y aille.
  • Cela lui plaît d'enseigner le français.
  • Il est probable qu'il vient ce soir.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

    Direkte objekters materiale

  • Je crains la mort.
  • Je crains de mourir.
  • J'attends ma sœur.
  • Je mange des épinards.
  • Je garde les détenus.
  • Je le connais.
  • Je doute qu'il parte.
  • Je me demande ce qu'elle fait si longtemps dans la salle de bains.
  • Elle ignore si Pierre travaille.
  • Je dors où je veux.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

    Præpositionsobjekters materiale

  • Je me souviens de notre premier rendez-vous.
  • Elle pense à notre premier rendez-vous.
  • Quand j'y pense, je m'en souviens.
  • Paul s'étonne du fait qu'elle n'ait pas répondu.
  • Je parle de ma mère.
  • Je parle d'elle.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

    Dativobjekters materiale

  • Je donne la clef au concierge.
  • Les élèves obéissent au prof.
  • Pierre vole les livres au libraire.
  • Lui disant non, j'ai vexé mon ami.
  • Je lui donne la clef.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

    Subjektsprædikaters materiale

  • Paris est une ville moderne.
  • La fille est belle.
  • C'était lui !
  • Mon plus grand souhait est de partir pour la France.
  • C'est trop!
  • Il est de bon usage de se laver les mains avant de se mettre à table.
  • Le problème est que je ne l'aime guère.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

    Blandede ledfunktioner - materiale

  • Comment je suis devenue qui je suis.
  • Le pire serait s'il se mettait à boire.
  • Le Président a nommé M. Balladur Premier ministre en 1993.
  • La direction trouve cette politique désastreuse.
  • L'après-guerre qualifia le Maréchal Pétain de traître.
  • Tu appelles cela venir à l'heure.
  • Luc trouve sa femme désespérée.
  • Elle agit mal.
  • Le film a duré une heure.
  • Elle met les vêtements dans l'armoire.
  • Il viendra demain.
  • Paul préfère travailler la nuit.
  • Paul est un homme qui travaille dur.
  • En sortant du cinéma, Pierre a vu Sophie.
  • Je suis fatigué(e) parce que j'ai trop travaillé.
  • Bien qu'il travaille beaucoup, Luc ne fait pas de progrès.
  • C'est un homme riche et qui a beaucoup voyagé.
  • Les privilèges finiront, mais le peuple est éternel.
  • Il lui était parfaitement égal d'être ici ou là.
  • Barca vit avancer un des miliciens, puis une dizaine, puis une longue file.
  • Je crois que c'est vrai.
  • L'homme que je connais est maçon.
  • Dis-moi où tu habites.

 

Sætninger - Gruppe 3

  • Dans l'Ouest les gens parlaient peu.
  • Un sourire, un regard pesaient lourd.
  • On ne se racontait pas de blagues.
  • Causer ne vaut pas cher.
  • J'ai appris ce dicton là-bas.
  • Je me suis demandé si quelque piège ne se dissimulait pas derrière ce silence.
  • Avoir appelé Pluton "neuvième planète" n'était vraiment pas la chose à faire.
  • Surveiller ces objets volants, même lointains, n'est d'ailleurs peut-être pas utile.
  • Il voit sa photo.
  • La guerre accélère les emballements.
  • Bientôt les enfants la retiennent rue Guynemer.
  • Lui vagabonde de meetings en comités directeurs.
  • La belle ville les a séduits.
  • Ils ont décidé de s'y installer.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

  • Nous n'avons pas eu de problèmes pour nous intégrer.
  • Il y a bien eu quelques personnes qui sont restées réservées et distantes mais d'une manière générale, les gens se sont montrés accueillants et aimables.
  • Mais il fallait vivre.
  • Flamina et Hans arrivaient du Brésil, riches d'un modèle de sandales.
  • Hans fait de petits boulots.
  • Il sait tout faire, cet homme.
  • Le printemps arrive !
  • A l'approche du paysan, les bêtes se dressèrent et commencèrent à gronder.
  • Mais soudain, un sifflement retentit et les loups reprirent leur place, calmés.
  • Ils ne te toucheront pas. (Direkte tale)
  • Le voyageur tourna les yeux vers le lieu d'où était venu le sifflement et découvrit un homme qui lui dit: "N'aie pas peur".
  • Repose-toi, puis je te prêterai deux d'entre eux pour te protéger dans la traversée de la forêt. (Direkte tale)

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

 

Sætninger - Gruppe 4

Kompletivsætninger

  • Il semble même souvent qu'il s'efforce de relayer le vent.
  • Ça m'étonnerait que Kino s'en aille chasser s'il a vraiment faim.
  • Je pensais que le Mex était naïf.
  • J'ai regretté que la Coors ne demeure pas la boisson pour initiés, pour les vrais habitants du vrai Ouest, qu'elle ne soit ma bière.
  • Il semble qu'on ne change pas, dit-elle.
  • J'en déduisais que non seulement il se protégeait de toute surprise possible, mais encore je vins rapidement à la conclusion qu'il refusait de sortir de l'anonymat.
  • Cette opération est rendue très difficile par le fait que le train s'arrête le long des flancs du bateau.
  • Je misais sur le fait que la vie ne peut pas briser tous vos élans.
  • Je vais demander à Betty ce qu'elle en pense.
  • Je tenais à ce que mes deux femmes négocient à mon sujet, tout en appréhendant cette rencontre au sommet.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

     Relativsætninger

  • Il avait été orphelin, et il venait d'hériter d'un grand-père qui lui avait laissé sa maison.
  • De l'armoire me parviennent des bruits métalliques et sa voix, un peu étouffée, qui dit: C'est quoi ça.
  • Je n'arrive pas à croire à la réalité de ce que j'écris.
  • Ce fut Clara qui, plus tard, me la raconta.

     Tidssætninger

  • Quelques instants plus tard, alors que la Belgique criait au scandale, le Premier ministre Jean-Luc Dehaene annonçait la démission des ministres de la Justice et de l'Intérieur.
  • Monsieur Hamil avait parfois besoin de pisser et il fallait le conduire aux W.C avant que les choses se précipitent.
  • Il devait être cinq heures lorsque je stoppai devant un grand hôtel du Vieux-Port.
  • Quand il releva la tête pour trouver de la reconnaissance, l'ingrate avait filé.
  • Quand elle revient dans la chambre, maman s'est levée aussi, elle range sa grammaire.
  • Comme les femmes parlaient à nouveau de maisons chaudes et de télévision, Mooz a grogné en désignant le foyer entre les pierres.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

  • Tandis qu'ils déjeunaient, je m'étais mis à dessiner ce que je voyais de là-haut.
  • Tandis que je parlais, une de ses mains se baladait le long de ma jambe.
  • Il est retourné dans l'autre pièce en hochant la tête pendant que je redémarrais la vaisselle.
  • Pendant que je buvais une dernière bière, Betty tournait en rond dans la pièce en plissant les yeux.

     Årsagssætninger  

  • J'ai demandé cinq cents francs à la bonne femme parce que je voulais être sûr qu'elle avait les moyens.
  • J'ai marqué ce jour-là d'une pierre blanche parce que c'était une jolie expression.

     Betingelsessætninger  

  • On permettait le sexe à condition que le sentiment n'y soit point mêlé.
  • Il me débecte même carrément ton notaire, à moins que tu m'aies encore bourré le mou.
  • Pourvu que la mode de la chaussette unique revienne bientôt.
  • Pourvu que Virginia n'ait pas mis la grosse artillerie en branle.
  • Si un certain Werther Bac insistait pour obtenir ma nouvelle adresse, elle était priée de m'en avertir et de l'éconduire sèchement.

     Indrømmelsessætninger  

  • En réalité, bien que vraiment désespérée, je n'étais pas totalement sincère.

     Hensigtssætninger  

  • Je priais secrètement le dieu des athées pour que la paire de rames changeât enfin de mains.
  • Pour bien me faire rentrer la chose dans la tête, il m'avait envoyé sans manger sur le balcon afin que j'observe les trains de la gare Saint-Lazare.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

      Undtagelsessætninger

  • Il vivait dans le luxe et, sans que cela soit antinomique, dans le dénuement.

      Blandede ledsætninger

  • J'attendais toujours que quelqu'un regarde pour que ça se voie.
  • Je n'avais mal nulle part et je n'avais donc pas de raison mais c'était comme si je n'avais ni bras ni jambes, alors que j'avais tout ce qu'il fallait.
  • Lorsque le patron sortait et me donnait une claque je me mettais à hurler, mais il y avait quand même quelqu'un qui s'intéressait à moi.
  • Je demande à Sad où je peux trouver du matos, il me dit qu'il a un plan rue de Buci, il veut bien me brancher à condition que je le fasse tourner.
  • Il y avait Lisette, une préposée au standard téléphonique qui veillait à ce que les conversations cochonnes ne soient pas écoutées par ses collègues.

Gå til analyseside

Tilbage til toppen

 

Sætninger - Gruppe 5

VOEUX DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, M. JACQUES CHIRAC, AUX FRANÇAIS

(Paris, 31 décembre 1997)

 

  • Mes chers compatriotes,

 

  • Je suis heureux de vous dire, ce soir, les vœux très sincères que je forme pour vous et pour tous ceux que vous aimez.
  • Beaucoup d'entre vous sont en famille et s'apprêtent à fêter la nouvelle année.
  • D'autres sont seuls, malades, ou dans la peine.
  • Ma première pensée, une pensée chaleureuse, sera pour eux.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

  • En 1997, une nouvelle majorité a été élue.
  • J'ai donc nommé un Premier ministre issu de cette majorité.
  • Le gouvernement applique sa politique.
  • Et je vais vous dire comment les choses se présentent.

 

  • Conformément à la lettre et à l'esprit de nos institutions, j'assume dans leur plénitude les pouvoirs et les devoirs de ma charge.
  • Garant de la continuité de l'Etat, je suis aussi le gardien des valeurs de la République, au premier rang desquelles la liberté et la solidarité.
  • Responsable de l'avenir de la Nation, j'interviendrai chaque fois que ses intérêts seront en jeu pour vous dire ce que je crois être bon pour les Français ou, au contraire, dangereux pour notre pays.

 

  • Vingt-quatre mois seulement nous séparent de l'an 2000.
  • Le temps s'accélère, les échanges se multiplient, les mentalités évoluent, les frontières s'estompent.
  • Nous vivons des temps incertains et difficiles, mais qui ne voit que ce sont aussi des temps riches de promesses, riches de possibilités pour autant que l'on sache et que l'on veuille les saisir ?
  • A l'aube de cette année nouvelle, je voudrais, dans cet esprit formuler deux vœux pour la France.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

  • Je souhaite une France rassemblée, accordée, dont les citoyens vivent en bonne intelligence.
  • Cela veut dire, d'abord, une France rassurée.
  • Il y a chez nous trop de violence, trop d'insécurité dans les écoles, dans les transports, dans les rues.
  • Chaque jour, les limites sont franchies au-delà desquelles la société se défait.
  • C'est aujourd'hui, je le sais, avec le chômage, votre premier souci.
  • L'Etat doit jouer tout son rôle.
  • Il doit s'efforcer de mieux comprendre.
  • Il doit prévenir.
  • Il doit aussi punir quand il le faut.
  • J'appelle chacun à prendre ses responsabilités.
  • Que les citoyens respectent leurs devoirs.
  • Que les pouvoirs publics restaurent l'ordre et la sécurité qui est la première des libertés.

 

  • Une France rassemblée, c'est aussi une France fière de ses valeurs.
  • La dignité des hommes et des femmes, bien sûr, la protection des enfants, mais aussi la laïcité et l'intégration.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

  • L'idéal de tolérance, auquel nous sommes tous profondément attachés, ne doit pas nous conduire à accepter ce qui met en péril l'unité de la Nation.
  • Notre pays n'est pas et ne sera jamais l'addition de communautés juxtaposées.
  • Le bien public n'est pas et ne sera jamais l'addition d'intérêts particuliers.

 

  • Enfin, une France rassemblée, c'est une France qui se parle.
  • Qui sait écouter, qui sait pratiquer l'échange et le dialogue, qui sait anticiper les évolutions nécessaires et les conduire dans la concertation.
  • La modernité n'est pas un champ de bataille, avec des gagnants et des perdants.
  • Chacun peut et doit y trouver des avantages.
  • Pour cela, discutons, dépassons nos contradictions et nos querelles, inventons des solutions nouvelles.
  • Je vous convie tous ardemment à mieux faire vivre notre démocratie.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

  • Mon deuxième vœu, c'est une France qui a davantage foi en elle-même.
  • Nous avons toutes les raisons d'être fiers de notre patrie et de croire en notre avenir.
  • Cet avenir, notre avenir est chaque jour construit et fortifié par des hommes, des femmes, des jeunes surtout, avides de comprendre et de créer.
  • Il s'appuie sur notre vaste culture sans cesse rajeunie et enrichie par des connaissances nouvelles.
  • Il s'exprime dans des sciences et des technologies que je veux toujours plus vivaces et qu'une démocratie plus exigeante doit préserver de l'excès.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

  • Et puis, il y a l'Europe.
  • Cette Europe qu'après d'autres, et avec d'autres, je contribue à bâtir.
  • Je le fais pour garantir la paix à un continent que l'Histoire a trop souvent brutalisé et trop longtemps divisé.
  • Je le fais pour assurer sa puissance et sa prospérité au service de tous.
  • Je le fais parce que je sais que nous pouvons y être les meilleurs.
  • Nous le pouvons si nous changeons dans nos têtes.
  • Il n'y a pas d'exception française qui nous permettrait de nous soustraire aux règles qui valent pour les autres.
  • Mais il doit y avoir une ambition française : libérer les forces, les énergies de notre peuple, créer les conditions de la richesse et de l'activité pour que tous les Français en profitent.
  • Pour que nous puissions créer les emplois qui nous manquent et faire reculer le chômage qui frappe si durement tant d'entre nous.
  • Et l'on voit bien encore aujourd'hui la gravité et l'acuité de ce drame.
  • Lutter plus efficacement contre l'exclusion.
  • Que personne ne reste au bord du chemin.
  • Il est là, notre rêve de dignité et de grandeur, plus vivant que jamais.
  • Et nous en ferons une réalité.

    Gå til analyseside

    Tilbage til toppen

  • Dans la vie d'un pays, il y a des temps de joie et de tristesse, d'espoir et d'inquiétude, des séparations, des retrouvailles.
  • Mais l'important c'est de préserver ce qui fait la force d'une famille, l'entraide, la chaleur, le soutien, le plaisir d'être ensemble et d'avancer ensemble.
  • Une Nation, c'est la chance de vivre et d'appartenir à une communauté unie par son histoire et par sa culture.
  • C'est construire un avenir pour nos enfants.

 

  • Mes chers compatriotes de Métropole, d'Outre-mer et de l'étranger, soyons fiers, soyons heureux d'être Français et ayons confiance en nous.

 

  • Je souhaite à chacune et à chacun d'entre vous une très, très bonne année.

 

  • Vive la République.

 

  • Vive la France.

Gå til analyseside

Tilbage til toppen

 

 

Sætninger - Gruppe 6

Kompendium til indledende grammatik.

Fransk.

Anne Jensen. Efterår 1998.


NB: De sætninger, der er markeret med rødt kan analyseres ved hjælp af VISL.

Analyser nedenstående sætninger i primære sætningsled : Anvend V for verbal, S for subjekt og O for objekt.

  1. Martin court.
  2. Martine nage.
  3. La femme travaille.
  4. La jeune femme marche.
  5. On mange.
  6. Mon petit frère mange.
  7. La très petite souris court.
  8. Les habitants du village dorment.
  9. Un de mes amis est parti.
  10. Elles sont revenues!
  11. 7.450.000 francs ont disparu.
  12. La fille du chasseur tricote.
  13. Lucien lit le livre.
  14. Sandrine tricote un pull.
  15. Elles mangent le poulet.
  16. On a vu le voleur.
  17. Tout le monde a lu ce livre.
  18. Je vais le faire.
  19. Elle l'a croisé.
  20. Les prix ont augmenté.
  21. Les souris mangent le grand fromage.
  22. Le professeur d'anglais déteste l'allemand.
  23. Il neige.
  24. Il fait chaud.
  25. Damien les a vus.
  26. Elle pensa qu'il fallait trouver une solution.
  27. Il allumait la lampe jaune qu'elle avait achetée en France.
  28. Tu la laves!
  29. Personne n'entendit le cri.
  30. Tu veux que j'enfile ton aiguille?
  31. Qui l'a vue?
  32. L'enfant la regardait.
  33. L'homme aux cheveux blancs adore le cognac.
  34. Je voudrais qu'il neige.
  35. Tu sais que les garçons lançaient des boules de neige contre ma fenêtre?
  36. Elle vit quelques nuages blancs arrivant de l'ouest.
  37. Claudine et Corinne regardent la télé.
  38. Tu crois que je suis un enfant.
  39. Il porte un chapeau de feutre.
  40. Une grande enveloppe est arrivée.
  41. J'attendais Elizabeth.
  42. La désagréable impression d'avoir été le jouet de ces deux femmes revint.
  43. Quelqu'un m'a réveillé.
  44. II avait reçu la première lettre de Constance. II l'avait lue.
  45. La fille en imper clair quitta le compartiment.
  46. J'imaginais que vous étiez un homme libre.
  47. Je voudrais un autre verre de vin.
  48. Bertrand a rencontré la sæur de ma meilleure amie, Juliette.
  49. J'ai appris qu'elle avait décroché un job.
  50. Les marchands relèvent leurs rideaux de fer.
  51. Tu entends des portes qui se ferment et des pas qui se précipitent dans les escaliers.
  52. Elle porte une jupe plissée à motifs écossais et des mocassins à talons plats.
  53. Il ramassa ses affaires.
  54. La jeune fille assise à mes côtés avait apporté une petite paire de jumelles de théâtre.
  55. Marguerite Duras a écrit beaucoup de livres.
  56. Elle a quelque chose d'indéfinissable.
  57. Le proviseur surveille et protège les enfants.
  58. Elle dit qu'elle a compris.
  59. Les petits enfants ramassent les poires et les pommes.
  60. On commande deux cafés. Ma copine boit le sien.
  61. Que fait-il?
  62. Il demanda s'il pouvait revenir.
  63. La chambre dans laquelle nous nous trouvons pue.
  64. Un grand nombre d'enfants de plus de cinq ans aiment danser.
  65. Une recherche entreprise sur les résultats de programmes d'immersion en Ontario dévoila que les élèves plus âgés effectuaient des progrès plus rapidement que les plus jeunes.
  66. Les études psycholinguistiques montrent que l'enfant n'apprend pas uniquement par simple répétition ou par imitation.
  67. La femme disait: C'est la première fois que je vois.

 

Analyser nedenstående sætninger i følgende primære sætningsled: Verbal (V), subjekt (S), objekt (O), subjektsprædikat (SP), adverbial (A).

  1. Cette méthode demeure intéressante
  2. Elle m'énerve.
  3. Elle semble difficile.
  4. Il achète ses vêtements à Paris.
  5. La première semaine a été fatigante.
  6. Le matin elle lit le journal.
  7. Les dernières enquêtes d'opinion commandées par l'Elysée sont arrivées sur le bureau de Jacques Chirac, le vendredi 5 juillet.
  8. La cote de popularité de Jacques Chirac baisse peut-être en France.
  9. Les jeunes femmes paraissent intéressantes.
  10. Ma femme est très différente de moi.
  11. Quelques fois elle ouvre le livre.
  12. Les fibres d'amiante sont un cancérogène complet.
  13. On estime que 7% des cancer du poumon dans les pays industrialisés sont dus à une exposition professionnelle à l'amiante.
  14. La principale source de revenus de ces champions dits "amateurs" reste le contrat publicitaire.
  15. J'ai fait une publicité qui est passée à la télévision le 16 mai.
  16. Son cahier est rouge.
  17. Son père était menuisier.
  18. Vivre au Danemark est très difficile.
  19. Elle est très bien.
  20. Depuis un an, ils n'ont plus le moral.
  21. Il n'est pas responsable.
  22. Etes-vous peintre? Je le suis.
  23. Antoine Millet devint professeur.
  24. Camille et François se retrouvèrent à Noël.
  25. Je veux dormir.
  26. Que dis-tu?
  27. La réponse n'est pas très réconfortante.
  28. Cette maison est à vendre.
  29. Qui est-il?
  30. Qu'il ait refusé ne m'étonne pas.
  31. J'ai toujours aimé lire.
  32. J'entends les oiseaux chanter.
  33. Nous dînons à 8 heures.
  34. Il travaille beaucoup.
  35. Le chômage est le problème le plus important.
  36. Beaucoup de Français écoutent France Inter.
  37. Le ministre de l'Environnement a proposé, en mars 1997 qu'on perçoive des taxes sur l'eau du robinet.
  38. Les Parisiens sont toujours pressés.
  39. Il joue L'art de la fugue de Bach à Paris.
  40. La publicité est politiquement neutre.
  41. Bernard et Thérèse bavardent à la terrasse d'un café parisien.
  42. La grammaire est l'art de lever les difficultés d'une langue; mais il ne faut pas que le levier soit plus lourd que le fardeau. (Rivarol)
  43. Le médecin de Bordeaux est venu.
  44. Le plus simple sera de se taire.
  45. L'année dernière a été pleine de surprises.
  46. Elle fait très jeune.
  47. Il aime rire.
  48. Qui vivra verra!
  49. Il a décidé qu'on ira à la plage.
  50. Un jour, il sera professeur dans une université.
  51. François semblait blessé.
  52. Tu es fatigué?
  53. A soixante ans, elle ressentait le besoin de retourner dans son pays.
  54. Il est devenu honnête.

 

Analyser nedenstående sætninger i følgende primære sætningsled: Verbal (V), subjekt (S), objekt (O), subjektsprædikat (SP), adverbial (A), dativobjekt (DO), indirekte objekt (IO) og adverbial (A).

  1. Le lendemain, le train arriva.
  2. Sur la table de cuisine, à côté du sachet familier de croissants, se trouvaient trois pots de peinture.
  3. Louise était devenue une jeune femme.
  4. Elle est née à Paris.
  5. Maman est morte.
  6. Aujourd'hui maman est morte.
  7. II parle sans cesse de Louise.
  8. Il lit le matin
  9. Il lit Le Matin.
  10. II lui parle sans cesse de Louise.
  11. Elle ne se souvient pas des noms.
  12. II se rappelle les chiffres
  13. Adrien est vieux et malade.
  14. Ils ont bu le champagne dans le salon.
  15. Je repose ma fourchette dans l'assiette.
  16. A l'aéroport, je suivis le flux des voyageurs qui allaient présenter leur passeport.
  17. La jeune femme de la police des frontières à qui j'avais remis le mien, après l'avoir examiné, me posa une question.
  18. Nous parlerons des recherches récentes sur les grands singes.
  19. Comme je n'avais pas écouté, je fis une réponse évasive qui n'engageait à rien.
  20. Je traînai dans les couloirs de l'aéroport.
  21. Sa voix était distante.
  22. Elle racontait ce qu'elle avait fait pendant le weekend.
  23. Elle me tendit deux lettres. L'une d'elle provenait de l'ambassade.
  24. J'ai acheté un bloc de papier à lettres chez le marchand de journaux. J'ai tracé deux colonnes sur le papier. Dans la première, j'ai écrit le nom de cinq pays d'Europe.
  25. Il ne termine jamais ses phrases.
  26. Michel et Marie jouent du piano depuis l'âge de trois ans.
  27. Quand on voyage, les heures semblent plus longues, interminables.
  28. Nous écoutons du rock and roll à plein volume.
  29. Les murs de la salle de bain étaient blancs.
  30. Les rognons étaient très bons. On me proposait de la sauce, me resservait de vin.
  31. Je lui demandai si elle voulait que je lui raconte une histoire.
  32. On est arrivé après midi.
  33. Tous les chemins mènent à Rome.
  34. Que faites-vous là?
  35. Il l'a fait sans m'avertir.
  36. Je l'ai donnée à la concierge.
  37. Lorsque je jouais aux fléchettes, j'étais calme.
  38. Son père, pendant les vacances, le laissait au collège.
  39. Tous les jours ils nous parlaient de leurs difficultés.
  40. Mon père n'a jamais répondu à ma lettre.
  41. Mon frère ne lui répond jamais.
  42. Ils ne veulent pas leur rendre les livres qu'ils ont empruntés.
  43. Qu'est-ce qui ne va pas?
  44. Elle est arrivée vers deux heures, mais il n'était pas prêt.
  45. Le problème est qu'elle ne veut pas l'admettre.
  46. Il y a une semaine je l'ai rencontré au supermarché.
  47. Ce festival de poésie 96 sera un grand évènement.
  48. Huit des plus grands orchestres symphoniques européens seront en octobre les invités de la ville de Copenhague.
  49. En février 1989, Petrucciani donne deux concerts au cabaret Montmartre.

Analyser nedenstående sætninger i følgende primære sætningsled: Verbal (V), subjekt (S), objekt (O), subjektsprædikat (SP), adverbial (A), objektsprædikat (OP) samt egentligt og forløbigt subjekt ES/FS.

  1. Tu m'as rendu de bonne humeur.
  2. Au théâtre on l'appelle Jina.
  3. Elle trouve cette marche fatigante.
  4. On la dit heureuse.
  5. Les SDF ont aussi des droits.
  6. Je le trouve sympathique.
  7. Il est très important d'aider ses amis.
  8. On le nomme directeur.
  9. Il existe une troisième possibilité.
  10. Tu me rends folle.
  11. Il est vrai que je vis de ma plume d'écrivain.
  12. La Bible est sans conteste le best-seller de l'édition mondiale.
  13. Il a les cheveux longs.
  14. Tu la laisses tranquille!
  15. Cela m'inquiète que tu roules si vite.
  16. On l'appelle Tonton.
  17. Un vrai critique doit lire beaucoup de romans.
  18. Beaucoup pensent que le secret d'une bonne photo tient principalement à l'appareil, à la lumière ou au sujet et négligent trop souvent le choix du film. Or la qualité du film est ce qu'il y a de plus important. Il serait dommage de confier vos souvenirs à n'importe quel film. (publicité)

 

 

Gå til analyseside

Tilbage til toppen

Analyser følgende sætninger fra gamle eksamensopgaver.

  1. Comme je traversais la place de la Sorbonne, j'aperçus son auto. C'était la plus jolie auto que j'aie jamais vue.
  2. Il faut que le chef du gouvernement oublie le programme qu'a établi son parti bien qu'on pense qu'il ne doit pas se séparer de son idéal particulier.
  3. J'ai lu dans un vieux livre que celui qui va partir en voyage, doit craindre tout pour qu'il puisse jouir pleinement de ses vacances.
  4. Je crois qu'on doit dire que la place royale est le plus beau coin de cette vieille ville. On y aperçoit des palais qui plaisent à tout le monde.
  5. Le vieux monsieur leva les yeux de son journal et dit à sa femme qu'il plaignait tous les fameux palais détruits par la bêtise des soldats.
  6. On peut être bête et choisir l'imparfait du subjonctif, mais il est vrai que la haine de cette forme saurait croître seulement dans le cœur d'un fou.
  7. Quand la belle princesse eut compris que la vieille reine voulait la tuer, elle prit la décision d'aller dans la forêt pour attendre le retour du prince.
  8. Quand on pense à tous nos beaux châteaux, construits par des rois, on a envie d'aller les voir.
  9. S'il est vrai que de nombreux organismes paraissent assez peu actifs à notre époque, on peut conclure qu'ils craignent les règles admises dans ce pays.
  10. Toute la journée, il avait fait chaud. Le vieux rédacteur en chef souhaitait que l'air de son bureau fût plus frais, donc il alla ouvrir la fenêtre.
  11. Voulez-vous me dire pourquoi cette nouvelle proposition est impossible puisque vous prétendez être en mesure de pouvoir tout expliquer?
  12. Quand le vieux monsieur eut vu que son portefeuille avait disparu, il pensa à un vol commis par son fils.
  13. L'occitan est quelque chose qu'ils reparleront, qui vivra, qui survivra dans la mesure où on le parlera au bistrot et sur un champ de foire.
 
 

 

Sætninger - Gruppe 7

  1. Il me téléphone de temps en temps.
  2. Beaucoup de Français étaient soldats pendant la Seconde Guerre mondiale.
  3. Surprise, elle s'est assise.
  4. Il a estimé ma proposition intéressante.
  5. Elle m'a dit qu'elle allait bien.
  6. Il nous a avertis de son départ.
  7. Ils m'ont informé de leur départ.
  8. Ils m'ont signalé leur départ.
  9. Il m'a prié de venir aussitôt que possible.
  10. Il m'a demandé de venir aussitôt que possible.
  11. J'ai besoin d'argent.
  12. Il y a des journaux partout.
  13. Il a peur que sa femme le quitte.
  14. Elle vit Paul qui s'approchait.
  15. Il est là parce qu'il attend un coup de téléphone.
  16. Si j'ai assez d'argent, je vais partir pour la France.
  17. Le Président de la République française, Jacques Chirac, a présenté à tout le peuple français ses vœux pour l'année nouvelle.
  18. Les enfants sont surveillés par leur mère toute la journée.
  19. La langue française a été imposée par la loi Jules Ferry, qui a rendu l'école obligatoire en 1881.
  20. Jules Ferry a rendu l'école obligatoire en 1881.
  21. Il était interdit aux élèves, à la récréation, de parler leur langue, qu'on appelait « patois ».
  22. Aujourd'hui seuls les vieux parlent leur langue entre eux.
  23. On peut aussi prendre sa langue régionale comme deuxième langue au bac.
  24. La France est un mélange de peuples divers appartenant aux provinces annexées par les rois de France.
  25. Au Danemark, on les aurait groupées en grandes communes, mais les Français sont très attachés à leurs petites communes.

 


Copyright 1996-2017 | Report a Problem / Contact Us | Printable Version